jeudi 28 février 2013

Après une (demie) moitié d'année de classe, sentiments...

La moitié de l’année est déjà passée, et je finis ma troisième période un peu fatiguée, non pas tant physiquement car j’ai la chance de pouvoir être à mi-temps, mais plutôt moralement. Suite à ma reprise, je dois me coltiner des sentiments mitigés pour ne pas dire contradictoire…  Je suis titulaire de secteur et je remplace deux jours par semaine des collègues à temps partiel. Deux journées marathon, comme les connaissent beaucoup de parents, avec un départ à 7h40 de la maison et un retour trop souvent à 19h, une fois les Doux récupérés de leur crèche/ nounou. Deux grosses journées dans la semaine, ça peut paraître peu, mais c’est une grande part de ma vie  (d’où d’ailleurs une petite mise de côté du blog)… Ce métier demande un engagement physique, intellectuel et moral. Il ne vous laisse pas indemne. C’est son côté attirant, passionnant, mais risqué. On ne laisse pas ses soucis à la porte de la classe, d’où mon envie de poser par écrit mes sentiments personnels après 6 mois dans une nouvelle école, que je quitterai probablement début juillet.

Tout d’abord, je ressens une immense FRUSTRATION. J’ai envie de bien faire mon travail mais souvent je ne parviens pas à faire aboutir pleinement mes préparations à cause d’un manque de temps… Vivre avec un « Minidoux-qui-ne-dort-pas », en tout cas pas avant 21h30 ne facilite pas les choses. Comme la plupart des enseignants, je travaille parfois tard le soir, souvent les week-ends, toujours pendant les vacances scolaires et malgré ça j’ai l’impression de ne pas en faire assez. En même temps, j’ai envie de m’occuper pleinement de mes Doux, ces deux merveilles qui grandissent si vite.

J’ai envie d’une classe attentive et calme, et, comme je dois me couler dans l’aménagement des collègues que je remplace, que je ne peux arriver qu’à 8h le matin, je me heurte à des difficultés matérielles (où est passée cette maudite paire de ciseaux ?) facteur d’agitation et d’énervement pour tous. J’ai envie de mieux connaître mes élèves, pour mieux les guider, mais comme j’en ai quand même 55 que je ne vois que 6 heures chaque semaine, certains demeurent une énigme…  Je réalise qu’enseigner en école maternelle requiert quand même pas mal de connaissances (peut-être plus qu’en élémentaire) que je maîtrise insuffisamment et je rage de devoir bricoler par mes propres moyens, sans bénéficier d’une formation digne de ce nom. Je ne suis pas une enseignante très expérimentée, j’ai besoin de prendre du temps pour me poser, réfléchir aux apprentissages, proposer des activités où l’élève est véritablement amené à réfléchir. En classe, j’ai parfois l’impression d’être en apnée. Je sens que mes élèves ont besoin de pouvoir s’entraîner, de consolider les notions que je leur présente parfois au pas de course, et l’équipe me bouscule par rapport à des dates, date à laquelle on doit rendre les livrets, date prévues pour donner telle évaluation… J’ai besoin d’une organisation à la fois souple et rigoureuse, sans laquelle je crains de ne faire qu’un travail de surface (le « beau livret », le « joli cahier »…). Je dois sans cesse lutter contre l’érosion de ma motivation et Dieu que je n’aime pas ça… Un peu de lâcher prise ne me ferait pas de mal.

Je ressens aussi de l’ECOEUREMENT face au peu considération dont je souffre en tant qu’enseignante. Après des années de mépris et de dégradation de nos conditions de travail, bosser un jour de plus sans contrepartie, ça ne passe pas… Je vais devoir payer davantage pour faire garder les Doux, des jours entiers de crèche pour Mini, des heures et des repas supplémentaires chez la nounou du Grand, sans garantie que cette dernière accepte de travailler un jour de plus… Au moins 100€ par mois. Quid des activités extra-scolaires qui faisaient énormément de bien au Grand Doux et à laquelle nous devrons peut-être renoncer faute de temps pour l’accompagner ? De la joie de les retrouver tout les deux le mercredi ? Du recul facilité, pour ceux qui travaillent à temps plein, ce qui sera mon cas un jour, par ce jour « off » du milieu de semaine ?

Et voilà qu’on exige que nous travaillions maintenant deux semaines supplémentaires… On nous promet une concertation, vu comment s’est passée celle sur le mercredi matin, je n’y crois plus… Pourtant, va-t-on nous indiquer la recette magique pour travailler dans les classes le 10 juillet, lorsqu’il fera 35° dans nos préfabriqués ? Le but ne serait pas de permettre aux parents d’économiser deux semaines de centre aéré ? Sérieusement, ne seraient-ils pas mieux à la piscine ou en colo à la montagne, un 10 juillet ou un 20 août, nos mômes ? Deux mois de pause pour rire, s’ennuyer, rencontrer d’autres personnes, chambouler ses habitudes, est-ce vraiment inutile ? Etre plutôt que de toujours faire ? On me répondra que tous les enfants n’ont pas cette chance, c’est vrai. A la collectivité et aux citoyens de se mobiliser pour que tout les enfants puissent profiter de ces vacances…

On a le sentiment qu’il nous incombe de réparer tous les travers de la société, et avec le sourire en plus, puisque nous sommes des « privilégiés »… Pourtant les comparaisons internationales montrent que notre salaire se situe au plancher (pour ne pas dire à la cave) de ceux distribués dans les pays riches. Ras le bol.  
Peut-être qu'on pourrait aussi les garder le soir ? Merci à Jack de Danger école...
 

Je suis aussi DECOURAGEE de ne pas avoir un poste fixe : beaucoup de projets auxquels je rêve doivent rester dans les cartons (formation des élèves sur la gestion de conflits avec une association qualifiée, aménagement de la classe facilitant l’autonomie...). A cela s’ajoute L’ANGOISSE, comme chaque année, de trouver en septembre un poste impossible… Les profs se plaignent tout le temps c’est vrai, nous ne sommes pas malheureusement la seule profession à en baver, mais j’aimerai que dirigeants et opinion publique nous écoutent vraiment.

Rage aussi et TRISTESSE de voir l’indifférence à peine voilée de l’équipe (ou plutôt heureusement d’une partie de l’équipe) dans laquelle je suis cette année. Sentiment que puisque je suis à mi-temps et à titre provisoire, mon opinion ne compte pas : on ne me demande mon avis sur aucune date et lorsque je demande que certains conseils des maîtres soient organisés mes jours de présence pour que je puisse facilement y assister, c’est non… Dur.

Comme souvent dans les équipes où je suis passée les relations sont parfois difficiles.  Le point positif c’est que je m’aperçois de la répétition de certaines situations et me rends compte, pour faire court, que mon manque de confiance en moi et ma peur du jugement des autres n’y sont pas étrangers. J’ai envie que les autres adultes m’acceptent, moi quoi suis sans doute différente, vu ma formation ma personnalité et mon parcours pas très classique, mais je n’ai ni la capacité ni l’envie de me couler dans le moule de la parfaite instit’, en bref j’ai encore du mal à m’affirmer. Cette année, j’ai des relations très difficiles avec une des ATSEM dont certaines valeurs et façons de faire sont à l’opposé des miennes. Cela me chagrine, mais ça ne me démonte plus. J’ai même réussi à lui proposer d’en parler sereinement : bref,  je progresse et j’en suis plutôt CONTENTE.


Je suis plutôt satisfaite aussi des progrès que j’ai pu faire dans l’écoute des élèves. Déjà, j’ai banni les « ne pleure plus », « tu n’as pas mal »… A un gamin qui pleure le matin, je ne dis plus « arrête de pleurer et de faire des caprices » mais plutôt un truc du genre « je vois que c’est difficile de quitter ta maman pour venir à l’école ». Ce n’est pas forcément pour ça que le gamin va cesser ses pleurs (même si ça « marche » souvent), d’ailleurs ce n’est pas mon but, qui est plutôt de témoigner d’une bienveillance et d’une autre manière de faire. Consciente du risque de les enfermer dans un rôle, je ne donne -presque- plus d’étiquettes, je pratique –parfois- le compliment descriptif- au lieu de l’habituel « Très joli, très bien ». J’ai mis la pédale douce sur les sermons et les punitions, ce qui n’exclut pas quelques « remontages de bretelles ». Je suis assez FIERE de cela. Quand je parle aux parents, l’exercice demeure périlleux mais j’essaye d’expliquer des faits sans exprimer de jugements sur leur enfant… ça ne veut pas dire qu’il n’y aura plus jamais de clash (et c’est dur de faire avec cette incertitude quand je sais que des collègues se font menacer de la pire manière). Mais je me rends compte que, petit à petit, je vois d’une manière différente, et bien plus positive, le public avec lequel je bosse. En particulier, je suis TOUCHEE de la confiance que certains me témoignent. Confiance des parents qui me laissent leur enfant le matin, et je sais d’expérience à quel point c’est difficile.  Confiance des enfants qui viennent me voir lorsqu’ils ont un problème sans (trop) de crainte de se faire rembarrer. Je suis aussi RAVIE de mes petites réussites pédagogiques, d’une séance de musique nickel-chrome, de la qualité d’écoute lors de certains regroupements, de la compréhension de la quasi-totalité de la classe sur certains points, de l’intérêt que manifestent les élèves envers certaines activités, en particulier de leur soif d’histoires et de livres.

Voilà j’ai vidé mon sac, dans un billet plus personnel, mais que j’ai besoin d’écrire et de publier. Enfin, sur ma route, je commence à entrevoir que certaines difficultés pédagogiques, « disciplinaires » ou relationnelles ne sont pas que des obstacles, mais qu’elles sont aussi une occasion de progresser, en un mot une chance. Un changement de regard. Un long chemin aussi à entreprendre.

EDIT du 1er mars : Dans l'esprit de mes propos sur l'écoute, je viens de publier un commentaire des habiletés Faber et Mazlish concernant les relations parents/profs, je vous invite à le lire sur le blog collectif des Vendredis intellos
Hommage à Stéphane Hessel chipé aussi sur le blog Danger Ecole un peu hors-sujet, quoique, mais je ne peux pas résister ;)
 

14 commentaires:

  1. Plein de courage pour la suite ... !
    Avoir sa classe, dans un endroit stable, c'est déjà un grand pas vers plus de sérénité ...
    Sinon, pour le reste, le temps et l'expérience ...
    Au bout de 20 ans, je "cherche" encore souvent, je "trouve" un peu plus facilement des réponses à mes questions ...
    Mais souvent, et de plus en plus souvent, l'envie de "faire autre chose" me traverse ...

    RépondreSupprimer
  2. Ah l'envie de faire autre chose... Elle me chatouille un peu aussi, surtout quand je compare mon barême et celui des collègues qui obtiennent un poste fixe vers chez moi, et que je me dis que, au train où vont les choses, j'en ai pour une dizaine d'années de galère (et ça fait déjà 5 ans). Reste alors de prendre le meilleur et de laisser de côté le reste... Ce serait quoi ton métier idéal ? Moi, ce serait un truc où je pourrai être autonome, responsable, créative, avec un minimum de reconnaissance sociale (je sais c'est un peu terre à terre)et beaucoup de contacts humains... Tu crois que ça existe ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pouvoir travailler de chez moi, un truc créatif, écrire ... faire des recherches ... rencontrer des gens aussi ... (gagner un peu de sous, pour ne pas être trop dans la merdouille, terre à terre on a dit !!) ... ;-)

      Supprimer
    2. L'argent ne fait pas le bonheur certes, mais ne pas en avoir du tout, dans nos pays riches, c'est un malheur.

      Supprimer
  3. Oh, comme ce billet me parle...
    Eh oui, une vague impression assez générale de ras-le-bol au sein de l'Education Nationale, moi aussi je le ressens.
    Moi j'ai ma classe cette année, et j'échangerais contre n'importe quoi d'autre ! C'est toujours difficile (et je suis dans une situation extrême, c'est bon de le rappeler) mais c'est quand même dingue que beaucoup pensent souvent à se reconvertir...
    En tout cas, moi je voudrais un métier qui ne me prenne pas la tête 24h/24, profiter de mes enfants, s'émerveiller et se respecter avec bienveillance :-)
    J'aime beaucoup tes exemples d'écoute des élèves. J'essaie aussi de voir les choses comme ça, et je pense que je laisse trop ces petits moments disparaitre sous les comportements des autres enseignants (punitions, humiliations), mais ce sont des moments importants !
    Courage pour la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite bon courage car je vois que ce que tu vis a l'air vraiment difficile... dur de composer avec les collègues, mais je me dis que parfois on devrait avoir le courage de leur expliquer clairement NOTRE vision des choses, après la balle serait dans leur cas. du coup tu me motives pour faire un billet "Faber et Mazlish" sur le blog des VI... Merci

      Supprimer
    2. Chouette ce billet sur les VI !!!
      Trop de tout pour moi en ce moment, effectivement, mais je ne désespère pas de renouer avec la bienveillance en d'autres lieux :-)
      Plus on s'intéresse à tout ça, plus on s'écarte d'une éducation classique, et ça peut générer des conflits.
      J'ai hâte de commencer les ateliers F&M le mois prochain !
      Merci pour ton soutien aussi...

      Supprimer
  4. Merci pour ce joli billet sincère. Je te souhaite beaucoup de courage, d'avoir un poste plus sympa à la rentrée et de continuer sur la bonne route!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mère Blabla. Et toi maman-qui-travaille, tu survis ?

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Je découvre aujourd'hui ton blog, et ce billet me rappelle l'année où j'ai été instit remplaçante en classe de maternelle... quelle formidable expérience ce fut pour moi! Je suis aujourd'hui sur le point de valider mon diplome d'éducatrice de jeunes enfants. Si ce changement d'orientation a au début été dur pour moi, je ne regrette rien aujourd'hui quand je vois les conditions dans lesquelles mes copines ont continué. Je me retrouve dans ce que tu dis par rapport aux cahiers, livrets... Mes collègues instit' avaient d'ailleurs été ravies pour moi lorsque j'ai réussi le concours d'entrée en école EJE, elles m'ont dit "je te vois vraiment bien là dedans aussi. Tu as vraiment un côté éduc' dans ta façon d'être avec les enfants". Et je vous assure que c'était dit de façon positive ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu aies trouvé ta voie ! Ces livrets/carnets m'énervent au plus au point, surtout quand je vois le temps qu'on y passe...

      Supprimer